Peut-on contester l'expertise de sa voiture ?

contester un rapport d'expert

Après un accident de la route, un expert mandaté par votre assurance auto interviendra pour évaluer la nature et la gravité des dégâts matériels. Vous serez ensuite indemnisé sur la base de son rapport. Le montant vous paraît insuffisant ? N’hésitez pas à contester l’estimation de l’expert automobile !

Un sinistre chiffré avec précision

Bénéficiaire d’une garantie dommages, vous demandez à votre assureur de vous indemniser. Dès sa réception, ce dernier missionne un expert automobile pour déterminer le montant de la somme qui vous sera versée. Le technicien se rend alors chez le garagiste pour analyser les circonstances de l’événement et vérifier la vraisemblance de l’accident avec vos déclarations. Il liste également les dégâts dans le but d’estimer le coût des réparations à prévoir.

Si vous le souhaitez, l’expertise peut être effectuée en votre présence. Dans le cas où vous n’êtes pas disponible, vous avez la possibilité de remettre tous les documents qui vous paraissent utiles à l’expert, comme les factures attestant du bon entretien de votre voiture ou les cotes Argus.

La copie du rapport vous est ensuite communiquée, que vous êtes en droit de contester par le biais d’une contre-expertise auto.

Comment mettre en doute le rapport d’un expert en assurance auto ?

Vous devez envoyer un courrier à votre assureur pour lui signaler votre souhait de réaliser une contre-expertise, à vos frais. Vous êtes libre de désigner l’expert de votre choix et à vos frais, qui fera une nouvelle expertise en présence du spécialiste qui a rédigé le rapport en cause. Si les deux professionnels aboutissent à des conclusions quasiment identiques, votre assurance pourra vous indemniser. Sinon, un troisième expert auto devra intervenir pour trancher le litige, dont les honoraires seront réglés conjointement avec votre assureur.

Dans le cas où cette nouvelle expertise ne vous satisfait toujours pas, il vous appartient d’indiquer une faute de l’expert auto. L’affaire se clôturera à l’amiable devant le médiateur, dont l’avis fera loi. L’assignation en référé se présente comme étant le dernier recours envisageable. Le président du tribunal désignera alors un expert judiciaire, dont les conclusions serviront à l’établissement d’un rapport final.

Enfin, si votre véhicule a été gravement endommagé et que la deuxième expertise ne répond pas à vos attentes, l’article 11 de l’arrêté du 29 avril 2009 vous offre l’opportunité de faire appel à une « commission placée sous l’égide des organisations professionnelles de l’expertise automobile ».